Fédération des Associations pour le Don d'Organes et de Tissus humains

Greffe d’Organes : les chiffres 2017

Publié le : 15-04-2018

Chiffres Don d'Organes

L’Agence de la biomédecine a fait part, début avril, des chiffres 2017, tant en ce qui concerne la greffe d’organes que le prélèvement.
Quelques données à retenir :
pucebleu le cap des 6.000 greffes est pour la 1ère fois dépassé : +3,5 % avec 6.105 greffes d’organes versus 5.891 en 2016
pucebleu en 5 ans (de 2013 à 2017) le nombre de greffes d’organes a augmenté de 19 %
pucebleu cependant 23.828 personnes ont eu besoin d’une greffe en 2017, chiffre toujours en augmentation (22.617 en 2016)
pucebleu l’activité de prélèvement à partir de morts encéphaliques a légèrement augmenté avec 1.796 personnes (1.770 en 2016) prélevées, alors que le nombre de morts encéphaliques recensées est en baisse (c’est surprenant, – 3,7 %) : 3.539 contre 3.676 en 2016
pucebleu l’activité de greffe à partir de donneurs vivants progresse légèrement : 629 greffes contre 581 en 2016 ; la progression concerne essentiellement le rein (611), qui représente 16 % des greffes rénales
pucebleu après le rein (3.782 greffes), les organes le plus transplantés ont été le foie (1.374, en hausse), le cœur (467, stable), les poumons (378, en hausse) et le pancréas (96, en hausse)
pucebleu l’âge des donneurs prélevés augmente : 57,8 ans contre 56,1 ans en 2016
pucebleu le pourcentage de « refus de prélèvement » reste à un niveau trop élevé, mais a cependant baissé de 2,5 points, à 30,5 %. On note toujours de grandes différences selon les régions.

Comme on le constate sur le terrain, tout semble indiquer que la campagne de communication de fin 2016 relative à l’évolution de la loi a porté ses fruits : les citoyens ont mieux compris le principe du consentement présumé. La légère baisse tu taux de refus confirme d’ailleurs cette tendance, et le taux de conversion de 50,7 % (rapport entre le nombre de personnes prélevées et le nombre de morts encéphaliques recensées) dépasse pour la 1ère fois les 50 %. Mais …

Comment expliquer la baisse de 3,7 % du nombre de morts encéphaliques recensées ?
Ceci alors que ce chiffre augmente régulièrement depuis de nombreuses années ?

 Les bénévoles de FRANCE ADOT ont encore du pain sur la planche !

Visualisez le tableau des évolutions par année.